La représentativité féminine dans les gouvernements du Bénin de 1960 à nos jours


Depuis l’accession du Bénin à la souveraineté internationale sous la dénomination de République du Dahomey le 1er août 1960, les fonctions ministérielles n’ont été assumées uniquement que par les hommes. Les femmes ont été purement et simplement écartées des fonctions gouvernementales et ce pendant près de vingt-huit ans de gouvernance. Mais avec l’avènement du Renouveau démocratique, la représentativité féminine va connaître une évolution fulgurante dans les gouvernements surtout sous la présidence de Boni Yayi. Par ailleurs, l’histoire témoigne du contexte délicat dans lequel se trouvait la République au lendemain de son indépendance.

 

1960-1988 : cette époque où la femme n’existait pas

Au lendemain de son indépendance, le Bénin plonge dans une instabilité politique fait de putsch. On dénombre en l’espace d’une décennie une douzaine de coup d’Etat dont cinq réussis avec une dizaine de présidents de la République soit six militaires et cinq civils. En effet, c’est dans ce contexte marqué par une instabilité politique que les hommes ont assumé la plénitude des portefeuilles ministériels au détriment des femmes. Malgré les trente-neuf gouvernements (au moins à compter du 29 décembre 1960 au 29 juillet 1988) que le pays a connus, les femmes ont manqué le rendez-vous. Toutefois, il a fallu attendre la période Révolutionnaire avec l’avènement au pouvoir du général Mathieu Kérékou pour voir briser ce tabou.

Karimou Rafiatou, première femme ministre du Bénin

Source: http://fr.africatime.com/

Source: http://fr.africatime.com/

Si le premier contexte fait de coups d’Etat n’était pas propice à l’entrée des femmes dans les différents gouvernements, c’est la période révolutionnaire où la censure et la dictature dictaient leurs lois qui va servir de période charnière à l’entrée des femmes au gouvernement. En effet, venu au pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat le 26 octobre 1972, le général Mathieu Kérékou a instauré un régime dictatorial marqué de brimades et de confiscations des droits et libertés fondamentales.

C’est dans ce contexte peu favorable à un tel changement que pour la première fois dans l’histoire du Bénin, une femme accédait à une fonction ministérielle. Rafiatou Karimou faisait son entrée dans le Conseil exécutif national en tant que ministre de la santé publique. Il faut tout de même souligner que cette femme avait longtemps milité pour affirmer les droits des femmes et défendre ceux des hommes au Bénin. Depuis lors, les femmes vont connaître une fulgurante implication dans les différents gouvernements surtout avec l’avènement du président Yayi Boni.

Yayi Boni, record de la représentativité féminine

En effet, avec l’avènement du Renouveau démocratique, le Bénin passe du régime monolithique à une démocratie pluraliste. Dans cette nouvelle ère, la représentativité féminine dans les gouvernements va connaître une évolution significative. Cette évolution qui trouve son fondement dans l’article 26 de la Constitution du 11 décembre 1990 est favorisée par le président Boni Yayi. En dix ans de gestion du pouvoir, Yayi Boni a eu cent-cinquante ministres dont trente-cinq femmes soit une représentation féminine de 23,33%. Il fait mieux que son prédécesseur Mathieu Kérékou qui, quant à lui a eu en dix ans de gestion du pouvoir soixante-sept ministres avec onze femmes soit une représentation féminine de 16,42%.

Le premier président de la République du Bénin, Nicéphore Soglo lui, a connu quarante-trois ministres durant son quinquennat dont six femmes et trente-sept hommes pour une représentation féminine de 13,95%. Par conséquent, Yayi Boni demeure le seul chef d’Etat à avoir sollicité autant de ministres et à la fois autant de femmes dans sa gouvernance même si la première victime de son gouvernement était une femme. Cette dernière sera tout de même remplacée par une autre femme, Evelyne Sossouhounto.

Par ailleurs, les regards sont désormais posés sur la gouvernance du Président Patrice Talon qui lui, n’a impliqué que trois femmes dans son premier gouvernement, encore en vigueur à ce jour et qui compte vingt et un ministres avec 14,28%  de représentation féminine.

Une chose est certaine, les femmes sont de plus en plus représentées dans les différents gouvernements de la République du Bénin même si leur participation à ce jour n’est que de 12,64% pour cinquante-trois représentations en cinquante-six années d’indépendance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *